info FR

Aventura Musica – un nouveau label!!

En 2012, L’Ancienne Belgique a décidé de soutenir le projet d’un artiste belge bien de chez nous : Tuur Florizoone.

 photo by Stephan Vanfleteren

Ensemble, ils présentent en une soirée festive la naissance du tout nouveau label AVENTURA MUSICA du jeune accordéoniste, actif sur la scène belge et internationale depuis plus de dix ans.

Oscillant entre Jazz et Musique du monde, les créations originales de Tuur Florizoone sont désormais à nouveau disponibles et se voient réunies sous son propre label : AVENTURA MUSICA qui compte aujourd’hui 5 CDs, dont la bande originale du film « Aanrijding in Moscou ».

(Tuur Florizoone © Stephan Vanfleteren)

Cette aventure sans frontières linguistiques réunit Flamands et Wallons, à Bruxelles autour de ce qu’il convient de nommer l’Aventura Musica – un nouveau label !

Cela se passe le mardi 24 avril 2012, 20h00 à l’AB Theater.

Entretien avec Tuur Florizoone (mars 2012)

Que représente le label Aventura Musica actuellement ?

Il y a cinq productions, trois de Tricycle, une du trio Massot/Florizoone/Horbaczewski et le soundtrack du film « Aanrijding in Moscou ». C’est déjà un joli début parce que je compte produire encore d’autres musiques de film et de CDs…

Que nous réservez-vous lors de cette soirée ?

En premier partie, nous avons prévu 3 concerts, Tricycle, le duo Didier Laloy/Tuur Florizoone, et Massot/Florizoone/Horbaczewski. C’est de la musique à écouter et à voir, une musique qui est très complète avec ses improvisations, les compositions, les petites histoires. Mais c’est une musique qui évoque des images aussi, je pense.

Puis dans la deuxième partie, nous allons jouer ensemble la B.O. du film « Aanrijding in Moscou ». C’est une première mondiale! Pas mal de personnes m’ont demandé de faire ce genre de concert combiné avec le film, même une fanfare d’accordéons Hollandaise m’a contacté pourqu’ils puissent accompagner le film avec ma musique. Imagine! Une overdose d’accordéon. Pas sûr si Christophe Van Rompaey -le réalisateur du film- aurait trouvé ça cohérent. Mais ce n’était pas possible: le film n’existait pas sans musique. Pour l’AB nous l’avons remixé en retirant la musique. Nous avons juste gardé celles qui sont vraiment joués sur l’image, par exemple on me voit jouer à un certain moment… je ne vais donc pas faire un playback sur ma propre image, pas trop mon genre.

Pourquoi avez-vous décidé de lancer un nouveau label aujourd’hui ?

Alors, j’ai sorti initialement les CDs de mes groupes sous plusieurs labels. Deux sur AZ, le label du saxophoniste Pierre Vaiana. Ça m’a permis de voir comment cela fonctionne, de faire le premier pas dans le monde du CD. J’ai appris dès le départ à chercher les journalistes, justement parce que le label ne le faisait pas vraiment. Pour le 2ème CD de Tricycle et celui du trio Massot/Florizoone/Horbaczewski, on a été approché par Michel Van Achter le monsieur derrière Homerecords. C’était une très belle collaboration, pendant deux ans. Mais au final, le fait de les avoir tous mis sous différents labels m’a coûté plus cher que si je les avais entièrement produit moi-même… Aussi, je suis devenu le plus grand acheteur de mes propres CDs ! Je les achetais aux labels puis les vendais à nos concerts, à des connaissances etc. Je suis quelqu’un qui touche à tout, j’ai pris l’habitude de prendre les choses en main, de chercher les concerts, de voir qui il faut contacter etc, un bricoleur quoi ! Puis j’ai pensé « tiens, avec les CDs, je pourrais faire pareil ?». Et comme je compte en produire encore pas mal, j’ai préféré tous les rassembler et les mettre sur une même plateforme.

Autre chose, par exemple, « Bihogo », un projet de Chris Joris, un magnifique travail. Le label qui a les droits du CD a décidé de ne plus le presser, pour eux ça ne vaut pas la peine, car ça coute beaucoup d’argent. Chris lui-même n’a aucun droit, il devrait pour bien faire, racheter les droits de ce CD. Donc malheureusement celui-ci n’existe plus. Maintenant je vais ressortir sous le label AVENTURA MUSICA mes anciens CDs qui étaient hors distribution. Par exemple « Orange for tea » de Tricycle, le premier CD de ma vie. Je le trouve toujours très beau, un peu naïf, mais la naïveté c’est chouette aussi ! Et ce serait dommage de dire maintenant : ha non on ne va plus ressortir celui-là. !

Comment fonctionne le Label ?

Nous faisons principalement des autoproductions. En tant que bruxellois et comme je joue avec des musiciens Wallons et Flamands, mon asbl Aventura Musica reçoit parfois aides des deux Communautés pour l’enregistrement, toujours de façon ponctuelle, et si je m’y prends à temps…
Le fait d’avoir une asbl me permet de faire des productions quand artistiquement le projet est prêt, et pas si une subvention tombe. C’est très frustrant et difficile quand on est dépendant. Un musicien qui n’a pas de structure autour de lui ne peut pas se le permettre. Donc aujourd’hui il faut être musicien mais pas seulement. Il faut être un peu organisé et visionnaire. Je pense que ce geste ici est plutôt visionnaire.

Avez-vous d’autres projets en route ?

Oui ! Tout d’abord, nous avons le projet d’enregistrer avec le trio Massot/Florizoone/ Horbaczewski, pour une sortie dans un an environ. Ensuite, je vais enfin créer un CD avec l’accordéoniste diatonique Didier Laloy, en duo, cela faisait très longtemps qu’on en avait envie et beaucoup de gens nous en on avait fait la demande aussi. Enfin, j’ai comme plan de sortir mon propre album solo, mais chaque chose en son temps…

Comment voyez-vous l’avenir de ce nouveau label ?

Cela reste une assez petite structure. Pour l’instant dans le label AVENTURA MUSICA, il n’y a que des CDs de moi. Ça peut changer, mais je ne peux rien promettre à un autre musicien pour l’instant. D’abord il faut expérimenter. Je suis sagittaire, je veux toujours avancer trop vite, j’en suis capable, mais j’ai appris que parfois c’est pas mal de prendre son temps pour faire les choses comme il faut. C’est indispensable de devenir plus costaud pour me permettre de me concentrer plus sur le côté artistique, et moins sur l’organisation interne du label AVENTURA MUSICA. Car pour l’instant il faut d’abord que la machine se mette en route, en promouvant le label et c’est notamment pour cela qu’un concert est organisé à l’AB le 24 avril.

Puis, j’aimerais vraiment bien avoir un lieu de création. Où je peux aussi accueillir des musiciens étrangers, c’est un rêve quelque part.